Une démarche volontairement territoriale

Notre ambition est de doter les collectivités et les entreprises du Nord-Est Isère et à proximité des départements limitrophes, d’une filière locale de valorisation et de traitement des ressources organiques.

Par la méthanisation, nous produirons de l’énergie (biométhane) et un amendement organique pour l’agriculture.

Nous avons à coeur de développer notre démarche dans la concertation avec les acteurs du territoire, n’hésitez pas à nous contacter en cliquant ici.

Une dynamique locale

La Ville d’Aoste et la Communauté de communes des Vals du Dauphiné s’intéressent à la valorisation des matières organiques du territoire depuis plusieurs années. En 2017 les collectivités ont souhaité échanger avec Cap Vert Bioénergie. Nous avons apporté aux réflexions nos moyens et ingénierie technique en développement, construction et exploitation d’unités de méthanisation en tant que spécialiste.

En juillet 2018 les deux collectivités ont concrétisé leur partenariat avec Cap Vert Bioénergie pour soutenir le développement de la filière de valorisation (cliquez ici pour en savoir plus).

Des matières organiques à valoriser localement
CVBE-02 v2

Toute matière d’origine végétale ou animale peut être valorisée par le procédé de méthanisation. Nous disposons sur le Nord-Est Isère et à proximité des départements limitrophes d’une grande diversité de gisements de ressources organiques à valoriser.

Sur ce territoire, l’industrie agroalimentaire ne dispose pas de suffisamment de moyens de valorisation des résidus organiques dans un périmètre proche. Notre démarche a pour ambition de proposer un service local de traitement de la matière organique de l’industrie agroalimentaire, mais également des matières organiques des collectivités et de l’agriculture de grande proximité.

La méthanisation : une double valorisation de la matière organique

Le processus de valorisation de la matière organique par la méthanisation génère :

    • du biogaz qui, épuré, peut être injecté dans le réseau de gaz de ville (biométhane)
    • et un amendement organique aux propriétés fertilisantes pour les terres agricoles

Le principe de la méthanisation expliqué en 1 minute dans la vidéo ci-dessus

De nouvelles ressources issues du territoire

Le développement d’une filière de valorisation des ressources organiques du territoire constitue une nouvelle production locale d’énergie renouvelable et décentralisée, et d’un amendement organique naturel pour nos terres agricoles.

Le biométhane, une énergie 100% renouvelable

Le biogaz, produit par la méthanisation, contient du méthane, du dioxyde de carbone et des impuretés.

Après épuration du biogaz, le méthane obtenu a les mêmes propriétés que le gaz naturel ou gaz de ville, on l’appelle alors « biométhane », et il peut être injecté dans le réseau national de gaz.

Le biométhane produit par Cap Vert Bioénergie Aoste sera injecté dans le réseau GRDF.

CVBE-06 v2
Un amendement organique et naturel pour les terres agricoles
CVBE-04 v2

La méthanisation produit un « digestat » (issu de la digestion des matières). Celui-ci a les propriétés fertilisantes d’un amendement organique et peut permettre un retour au sol. En recourant à cet engrais organique les agriculteurs peuvent réduire également l’usage d’engrais chimiques et les pollutions diffuses.

Le digestat est un produit « stabilisé » c’est à dire qu’après la méthanisation, il ne peut plus fermenter. Il est donc beaucoup moins odorant que les produits qui le constituent et qui sont parfois épandus à l’état brut sur les terres agricoles.

Une réflexion sera menée avec le monde agricole sur cette opportunité.

Quels critères pour le site d’implantation ?

Afin de faciliter l’installation et l’exploitation de l’unité de méthanisation, nous avons cherché à satisfaire un certain nombre de paramètres :

  • la proximité au réseau de gaz pour livrer la production de biométhane
  • l’accès routier aux voies de communication principales de la région pour faciliter la logistique
  • le choix d’une zone d’activité existante et dynamique

Le nouveau parc industriel d’Aoste (PIDA), à proximité d’activités agroalimentaires existantes importantes sur le territoire et avec le potentiel de développement de nouvelles activités, répond à l’ensemble de ces critères.

La poursuite de la démarche

Une demande d’autorisation environnementale unique auprès des services de l’Etat est indispensable au développement d’une filière de valorisation de la matière organique. Nous effectuerons cette demande en 2019 après que l’ensemble des réflexions et études sur le projet aient été menées.

Nous avons à coeur du conduire notre démarche en concertation avec les acteurs du territoire durant tous les phases d’étude du projet. Aussi si vous souhaitez contribuer par vos remarques, questions ou suggestions, n’hésitez pas à vous faire connaître auprès de nous via la page contact en cliquant ici.